Trouver le style graphique qui fera décoller ton projet à impact positif

Deux salles, deux ambiances

Chaque projet est unique.

Chaque entreprise a son propre univers.

Des phrases bateaux comme ça, je peux t’en sortir des tonnes, mais n’empêche, elles sont vraies. La vraie question est surtout de savoir comment toi, tu vas pouvoir trouver un style et un univers visuel qui correspondront parfaitement à ton projet à impact positif.

Bien sûr, la réponse évidente est qu’il existe des graphistes, des illustrateurs graphistes ou des experts en communication payés pour ça.

Mais la réponse moins évidente, et pourtant tout aussi nécessaire, c’est que tu peux déjà te poser en amont une série de questions qui :

1- t’aideront à y voir plus clair ;

2- te permettront de choisir plus facilement le ou la graphiste avec le.laquelle tu travailleras ;

3- te feront avancer plus vite dans ton travail avec le ou la graphiste que tu auras choisi.e.

Et accessoirement, cela pourra aussi te permettre de voir si tu pourrais créer certains supports par toi-même ou pas.


LES QUESTIONS DU SECTEUR

Les premières questions à se poser sont liées au secteur dans lequel tu évolues.

Quels sont les codes en usage ? Quels sont ceux qui sont incontournables, et ceux avec lesquels tu peux jouer ou te distancier ?

Par exemple, dans l’univers de l’écologie et du durable, le vert et les éléments naturels sont omniprésents. S’il peut être utile de garder un élément vert dans ta charte graphique, pour te rattacher facilement à ce secteur, ce n’est pas pour autant que toute ta communication doit être vert gazon ! Et le greenwashing, on n’en peut plus…

Personnellement, je rêve de me rendre un jour dans un magasin bio dont l’enseigne ne sera pas verte…

Le bio c’est (forcément) vert ?

C’est pas gagné (heureusement, Biocoop est bleu !), mais le jour où ça arrivera, ça signifiera que le bio est omniprésent et que ce n’est plus par ce moyen qu’on peut se différencier des autres. Le rêve ! En attendant, varier les teintes de vert (le bleu-vert, le vert d’eau, c’est bien aussi), ou l’associer avec d’autres couleurs qui peuvent véhiculer d’autres idées et émotions peut être intéressant.


LES QUESTIONS DE LA CIBLE

La deuxième question à te poser concerne ta cible.

À qui ton projet s’adresse-t-il ? Tu le sais déjà parfaitement, puisque tu as développé ton concept / ton produit en fonction de ton client idéal, de ton « persona ». Et bien c’est pareil pour la communication graphique, nous devons savoir qui est ton persona pour trouver les codes visuels qui lui parleront et qui feront qu’il se reconnaîtra de suite dans ton projet.

Encore une fois, attention aux clichés, et à bas le rose systématique pour les filles ! Mais il est quand même évident qu’on ne s’adresse pas de la même façon aux enfants qu’aux adultes, aux vingtenaires qu’aux quarantenaires, aux conducteurs de 4×4 qu’aux acharnés du vélo, y compris dans le style graphique (plus ou moins enfantin, plus ou moins rond…)


LES QUESTIONS DU MESSAGE / DU MOYEN DE DIFFUSION

Ton projet, ton produit écologique et durable, tu le connais par coeur, c’est ton bébé et tu pourrais en parler des heures. Mais le public, honnêtement, préfère que tu en parles plutôt deux minutes maximum. Il faut donc que tu synthétises au maximum ton discours, et pour cela, tu dois mettre en avant les arguments les plus forts et les plus marquants.

C’est ce message concis qu’il faut mettre en avant, car les valeurs-clés que tu auras dégagées seront plus faciles à transcrire en images, icônes, logos, illustrations diverses… et donc, seront d’autant plus marquantes !

Tu peux aussi te poser la question du type de diffusion que tu veux donner à ton message : flyer imprimé, publication sur réseaux sociaux…? Tout dépend de ta cible, de ses habitudes, et de son environnement. Ensuite, c’est le graphiste qui pourra te conseiller au mieux sur le choix du format (infographie, BD, publireportage…)


LES QUESTIONS SUBJECTIVES QUI PARLENT DE TOI ET DE TON PROJET

Enfin, aussi construite que soit et que doive être une stratégie de communication, il reste toujours une part de subjectif (ouf !).

Qu’est-ce que tu aimes ? Qu’est-ce qui parle de toi ? Comment t’exprimes-tu en général ?

Pour caricaturer, ce n’est pas parce qu’on t’aura dit que la couleur idéale pour ta cible, c’est le orange brique, et que le style qu’il faudrait, c’est un style hyper dynamique avec des gros tracés noirs qu’il faut partir là-dessus si tu détestes le orange et que tu n’aimes que les formes fluides et organiques.

D’abord, travailler tous les jours dans un univers visuel qu’on n’aime pas, c’est l’angoisse, et en plus, ton public sentira bien que quelque chose cloche, que ce qu’ils voient n’a pas d’âme.

Bref, n’oublie pas d’inclure tes goûts dans l’aventure ! D’autant plus que si tu as bien choisi ton projet et que tu es aligné avec lui, tu es sûrement très proche de ta cible idéale, et donc tu sais déjà d’instinct ce qui pourrait lui plaire. Fais-toi confiance !


Si tu suis ces quelques pistes, tu pourras déjà avoir une petite idée du style graphique qu’il te faudrait. N’hésite pas à aller te constituer une petite banque d’images de ce que tu aimes, mais aussi de ce que tu n’aimes pas ! Pinterest est parfait pour ça.

Cette démarche te permettra d’être plus clair dans ta tête, et de trouver plus facilement le graphiste / l’illustrateur graphiste qui correspondra à ce que tu cherches. Et en plus, vous pourrez avancer plus vite ensemble ! C’est tout bénéfice pour lui comme pour toi.


POUR FINIR…

Tu as un projet à impact positif et tu souhaites le mettre en avant ? N’hésite pas à me contacter !

Tu as aimé cet article ? Merci de partager,  commenter ! J’attends tes remarques et idées pour un futur article illustré !

Si tu veux voir un peu plus de mon travail, tu peux me retrouver ici :

http://liane-langenbach.com

• Page FB : https://www.facebook.com/liane.langenbach/

• Instagram : https://www.instagram.com/liane.langenbach/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *