Peut-on être écolo sur les réseaux sociaux ?

Dans le dernier article, Portrait d’une tortue engagée, je te faisais le portrait d’Anaelle, et le récit de la création de son blog La Révolution des Tortues.

Lors de notre entrevue, on avait discuté de mille choses, des poulets morts au dur métier de blogueur.euse (toi aussi tu vois un lien entre ces deux sujets ???), et bien sûr, des réseaux sociaux. Pourquoi « bien sûr » ? Ben parce que quand on blogue, le réseau social c’est un peu le passage obligé pour faire savoir que tu existes et diffuser ton message. Jésus avait 12 gars sympas qui répétaient ses paroles, le blogueur du XXIème siècle a Facebook. Toute mesure mise à part.

Mais peut-on être écolo, et dans nos cas, blogueuses écolo, et utiliser les réseaux sociaux ?

C’est la question que je lui ai posée, et à laquelle Anaelle répond dans l’article qu’elle a écrit pour nous cette semaine.

 

Peut-on être écolo sur les réseaux sociaux ?

Par Anaelle Sorignet

Tough question, comme diraient nos amis anglo-saxons. Les réseaux sociaux (et surtout l’hyperconnexion qu’ils suscitent), c’est un peu anti-écolo par essence. Oui, oui : quoi qu’on dise sur « dématérialisation », le numérique est très gourmand en ressources. L’ironie, c’est que passer notre journée à scroller sur nos smartphones à la recherche de solutions pour préserver l’environnement, ça contribue directement à sa dégradation. Un peu ballot, non ?

Alors, peut-on être écolo tout en utilisant les réseaux sociaux ? Voyons ça ensemble.

 


Consommation de ressources et réseaux sociaux

Je sais, on vous a dit de ne plus imprimer pour préserver les arbres – et c’est vrai qu’imprimer à tout va n’est pas une très bonne idée. Pour autant, les fichiers numériques n’ont rien d’immatériel. Car nos ordinateurs et nos smartphones ne sont pas fabriqués avec de l’air ; et l’énergie qu’ils consomment ne vient pas nécessairement du vent…

 

Le numérique, champion de la consommation d’électricité

Le numérique (ordinateurs, smartphones, tablettes, data centers, réseaux, objets connectés…) consomme à lui seul 10 % de l’électricité mondiale. Ouais, 10 %. Ce qui le place derrière les États-Unis et la Chine, mais devant tous les autres pays du monde. Et ça ne va pas en s’arrangeant.

En 2018, 4,75 milliards de contenus sont publiés quotidiennement sur Facebook, et 95 millions de photos et vidéos sur Instagram. Si la durée de vie de ces contenus est très courte (5h environ sur Facebook, un peu moins d’une journée sur Instagram), ils ne disparaissent pas pour autant. Car tout ce qui se trouve sur Internet est stocké dans des data centers qui tournent jour et nuit et consomment 30 % de l’électricité engloutie par le numérique. Donc 3 % de l’électricité mondiale.

Je pourrais égrener des chiffres pendant longtemps, mais vous avez compris l’idée : surfer sur Internet consomme énormément de ressources, et pollue tout autant.

Quand on s’intéresse un tant soit peu à son impact environnemental, on est donc vite en tension entre cette envie de partager avec les autres sur les problématiques liées au changement climatique, à la pollution, etc. Et cette conscience que publier sur le web est par définition anti-écologique !

 

Réseaux sociaux et pollution de nos cerveaux

Avant de vous parler solutions, j’aimerais attirer votre attention sur autre chose : la pollution que les réseaux sociaux et plus largement un usage excessif du numérique génère sur… Nos cerveaux ! Oui, les écrans peuvent vite être nocifs pour notre santé mentale et émotionnelle.

Vous connaissez peut-être déjà cette statistique édifiante : aujourd’hui, on estime le temps de concentration moyen d’un être humain à 8 secondes, contre 12 au début des années 2000. Ça baisse, et c’est même inférieur à la concentration d’un poisson rouge ! Dur… Et directement imputable à cette habitude de tout faire en même temps, d’être constamment interrompu par des sollicitations…

Trop d’écrans engendre aussi une moins bonne capacité de mémorisation, bloque les processus liés à la créativité… En plus d’être anxiogène et addictif ! Les bulles rouges, les pouces bleus, les petits cœurs et les fenêtres intempestives activent dans notre cerveau une sécrétion de dopamine, l’hormone du plaisir. À force d’en recevoir, notre cerveau en redemande, en bon junkie en quête d’un fix qu’il est. Pour votre santé mentale, pensez donc à le sevrer régulièrement 😉

 


Faut-il bannir Facebook, Instagram, etc. ?

Alors quoi faire ? Désinstaller toutes ses applications et supprimer ses comptes sur les réseaux sociaux ? Certains s’en porteront mieux, tandis que d’autres préfèreront rester connecté. Dans ce cas, un peu d’autodiscipline permet de réduire l’impact de nos réseaux sociaux, tant sur l’environnement que sur nos cerveaux.

Pour tout ce qui concerne les éco-gestes sur Internet en général, je vous renvoie à mon article 10 éco-gestes pour concilier web et écologie qui vous parlera gestion des mails, durée de vie des ordinateurs et smartphones, économies d’énergie…

Et aux niveaux des réseaux sociaux ? Voici quelques-unes de mes astuces pour ne pas les laisser prendre trop d’ampleur dans ma vie (appliquées avec plus ou moins de succès selon les jours…) :

  • Éviter à tout prix de « publier pour publier » et poster quand j’ai vraiment quelque chose à dire ;
  • Régler une alerte sur Instagram pour ne pas dépasser 30 minutes par jour (allez voir dans vos paramètres) ;
  • Installer des applis pour bloquer les réseaux sociaux et sites quand j’écris ou quand je travaille : Cold Turkey, Forest
  • Utiliser des logiciels pour planifier mes publications comme Buffer ;
  • Dédier des « plages horaires » aux réseaux sociaux, pour savoir quand il est temps d’arrêter 😉

 

 

Quand je me tiens strictement à tout ça, les réseaux sociaux retrouvent leur fonction première, celles d’être un lieu de partage, de rencontre et de découverte, plutôt que d’engloutir toute ma journée (et des ressources non renouvelables) à recharger un fil d’actualité qui ne se tarit jamais !

Et vous, comment gérez-vous votre rapport aux réseaux sociaux ?

 


POUR FINIR

Tu as aimé cet article ?

N’hésite pas à commenter pour nous partager ta façon de gérer les réseaux sociaux !

Retrouve Anaelle sur son blog La Révolution des Tortues pour lire plus d’articles sur des sujets comme la consommation éco-responsable, le zéro déchet et l’engagement écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *