Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

PARTIE 1 : Bye bye !

  Cette série d’articles commence par un au-revoir, car avant de te présenter les produits d’hygiène et de soins que j’utilise au quotidien depuis quelques années, je vais d’abord te parler de tous ceux que je n’utilise plus. Et il y a du boulot !

Il faut dire que depuis 3 ans maintenant que j’ai découvert le mouvement zéro déchet, ma salle de bains et ma trousse de toilette ont bien changé. Ma découverte plus récente du minimalisme a fini d’enfoncer le clou.

Ce n’est pas seulement que les produits utilisés ont été remplacés par des alternatives réutilisables ou bio, c’est aussi que j’en ai beaucoup moins qu’avant, et que certains ont définitivement disparu de mon environnement.


Au revoir et à jamais

Exit les vernis à ongles et dissolvant par exemple. Oui, je peux sortir avec des sandales sans avoir de vernis sur mes orteils. Non, ce n’est pas la honte internationale.

Bye bye les soins minceurs et anti-cellulite qui te vendent du rêve en bouteille. Pour le rêve en bouteille, à choisir, je préfère encore la bière… même si ça aussi j’en consomme de moins en moins. Je t’en parle dans l’article Défi : un mois sans alcool.

Exit aussi les après-shampooings qui te gainent le cheveu avec je sais pas quoi. Et adieu la bombe de laque, dont je ne pouvais pas me passer il y a encore quelques années (ceux qui ont eu le plaisir de dormir chez moi se souviennent encore de l’asphyxie générale lorsque je l’utilisais le matin).

Remplacés les gels douche, shampooings en bouteille, déodorants bille (et je ne parle même pas de ceux en spray), brosses à dents en plastique, dentifrice en tube, cotons-tiges, cotons à démaquiller, démaquillant et autres gommages aux micro-billes de plastique.

Et franchement, ça fait du bien !


Mmmh… La bonne odeur de pétrole !!!

L’autre jour, une amie me dit : “Tu sens bon, tu sens le bio.” Sur le coup je ne savais pas si je devais bien le prendre, mais c’est vrai que j’ai une odeur différente d’avant. À la fois beaucoup plus neutre, et plus naturelle.

Il faut dire que maintenant, quand je passe devant Séphora et autres parfumeries, ça me pique terriblement le nez, et je suis sure que si je rentre dans l’une d’elles, je ressors avec la migraine. On se déshabitue vraiment de toutes ces odeurs chimiques et ultra fortes, et on se demande au final pourquoi on s’est compliqué la vie si longtemps avec des produits qui :

  • ne sont pas très bons pour ta santé (le baume à lèvres plein d’huile minérale, autrement dit plein de pétrole, on a fait mieux quand même)
  • sont encore moins bons pour la planète (et je parle aussi bien du contenant que du contenu de ton produit)
  • coûtent hyper cher (j’ai divisé mon budget hygiène et beauté par 3, en n’utilisant que des produits bios !),
  • sont encombrants aussi bien dans tes placards que dans ta trousse de toilette,
  • ne peuvent pas être emmenés dans ton bagage cabine,

et la liste pourrait être encore longue.


Fontaine, je ne boirai pas de ton eau…

Même si la majeure partie des produits que j’utilise maintenant sont naturels voire bio, sans emballage ou en pot en verre, ma salle de bains n’est pas parfaite pour autant.

J’ai encore des produits dans un contenant en plastique, comme mon mascara (bio) et ma crème solaire (bio). Tout simplement parce que pour ces produits, je n’ai pas encore trouvé d’alternative qui me convienne (si tu as des pistes, je suis preneuse !)

Mais comme j’achète à peine deux mascaras par an, et une bouteille de crème solaire, je ne me culpabilise pas trop non plus. Au début, je faisais une fixette sur tout, et je m’en voulais terriblement quand je n’atteignais pas l’objectif zéro déchet sur tous mes produits. Je pense avec le recul que ça ne sert à rien de s’accabler.

Non, je ne suis pas parfaite, oui, Béa Johnson et la Famille Zéro Déchet ne seraient pas très fiers de moi, et oui, la planète me remercierait de ne plus mettre de mascara et de cramer tous les étés au soleil (si tu m’as déjà vue, tu sais que même avec la crème solaire, j’ai facilement un teint rouge écrevisse… qui me va bien, mais quand même, faut pas pousser !)

Ça n’empêche pas pour autant de continuer à chercher des alternatives à ces produits. Je finirai bien par trouver quelque chose qui me convienne !

En attendant, je réduis autant que possible la consommation de ces produits, pour les faire durer. Par exemple, j’ai découvert un objet magique : le chapeau !!! Avant je mettais de la crème solaire sur le visage tous les jours dès le printemps, maintenant, je mets un chapeau, et je réserve la crème solaire aux longues expositions.

Aussi, j’ai encore certains produits en plastique (mon peigne, ma lime), tout simplement parce que je les ai depuis des années et que je ne vais pas les jeter pour les remplacer par une alternative durable alors qu’ils fonctionnent encore parfaitement. Et ça, ça rentre dans la démarche zéro déchet, non ?


Alors, y’a quoi dans ta trousse ?

Suspense, suspense !!! Tu le sauras dans un prochain article 😉


POUR FINIR…

Tu as aimé cet article ? Merci de partager et commenter ! J’attends tes remarques et idées pour un futur article illustré !

Si tu veux voir un peu plus de mon travail, tu peux me retrouver ici :

http://liane-langenbach.com

• Page FB : https://www.facebook.com/liane.langenbach/

• Instagram : https://www.instagram.com/liane.langenbach/

2 commentaires

  1. Avec l’arrivée de mes filles, j’ai fait un grand ménage dans mes placards. Je ne suis pas une grande consommatrice de cosmétique (2 shampoing et 2 gels douche par an en moyenne) mais j’avais tendance à récupérer tous les cosmétiques que ma petite soeur achetait et n’utilisait pas. J’ai dit STOP ! Et avec des enfants, je voulais limiter (supprimer dans l’idéal) les produits contenant une multitude d’ingrédients. J’ai aussi trouvé des alternatives « moins chimiques » et 2 en 1 Par exemple, j’utilise du talc comme shampoing sec (pour rendre un peu de fraicheur à mes cheveux) et comme déodorant/anti-transpirant (certes ça ne dure pas 24h…mais les déodorant traditionnel en spray n’étaient pas plus efficaces sur moi non plus 😉 ). Et côté cuisine, le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude sont mes 2 meilleurs alliés ! J’ai encore du chemin à parcourir mais comme on dit « Tout succès commence par un tout petit pas ».

    1. Salut Hélène !

      Oui comme tu dis, le tout c’est de s’y mettre ! C’est vachement bien ce que tu fais !!! Pour moi, les essais de shampooing sec et autre alternatives low poo ont été un désastre sur mes cheveux (j’en parlerai dans un prochain article), du coup je suis revenue à un shampooing, mais solide. C’est le meilleur compromis que j’ai trouvé pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *