Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

PARTIE 4 : Une bouteille (plastique) à la mer

Allez, c’est parti pour le dernier article de la série Ma salle de bains Zéro Déchet et minimaliste ! Je vais te parler du matériel Zéro Déchet que j’utilise pour remplacer les produits jetables tels que coton tiges et cotons à démaquiller, ainsi que des derniers produits pas ZD que j’utilise encore…

Tu me diras peut-être que 4 articles pour parler d’une salle de bains qui est censée être minimaliste, ça fait beaucoup, mais si si, je t’assure, je n’ai pas tant de produits que ça ! Et au moins, j’espère que ça te donnera un panel bien complet de ce qu’on peut mettre en place !


Le matériel Zéro Déchet

Adieu coton tiges, tampax et rasoirs jetables qui finissent à la décharge dans le meilleur cas, dans l’océan dans le pire des cas !

Les objets durables, beaux et de bonne qualité, ont fait leur apparition dans ma salle de bains. Outre le fait que ça la rend plus esthétique (un bocal en verre ou un objet en bois est toujours plus sexy qu’une bouteille en plastique ou un coton-tige), c’est aussi ça de moins qui finit à la décharge (dans le meilleur des cas) ou à la mer.

L’oriculi

Et oh, reste poli ! Ah pardon, tu as bien dit oriculi ? Si tu ne connais pas, ce petit bout de bois va révolutionner ta salle de bains en venant remplacer tous les cotons tige que tu utilises pour te nettoyer les oreilles.

Tu l’utilises tout pareil, et tu le laves et le sèches bien après utilisation. J’utilise celui de la marque Lamazuna.

 

Le rasoir de sécurité

J’en avais beaucoup entendu parler, je ne voyais pas trop à quoi ça ressemblait, ni comment l’utiliser. Et le hasard a fait que j’en ai trouvé un chez Emmaüs ! 2€ le rasoir durable, de la récup’ qui plus est, là, j’ai fait fort ! Un lot de lames à 5€ qui durent hyper longtemps acheté chez le barbier, et voilà !
En gros, le rasoir de sécurité, c’est le super compromis entre le rasoir jetable (qui en est assez proche en terme de forme de l’objet) et le fameux coupe-chou, durable et hyper beau certes, mais pour moi, carrément flippant.

Le rasoir de sécurité est bien plus efficace que le jetable, il faut juste faire un peu plus attention à ne pas se couper. L’astuce consiste juste à laisser glisser le rasoir sur la peau sans appuyer du tout (contrairement au jetable). Après utilisation, on le démonte pour bien le rincer et le sécher, ça prend 10 secondes montre en main.

Adopté, et approuvé !

Les lingettes lavables

Pour remplacer les cotons à démaquiller, on utilise des lingettes lavables. C’est un des premiers objets de la salle de bains dans lequel on a investi quand on est passé au Zéro Déchet. Tu en trouves dans tous les magasins bio, boutiques en vrac, marchés… et il en existe dans plein de matières différentes.

Moi, j’en ai de quatre sortes : en coton bio, en bambou (achetés en magasin), en crochet (faites par la mère d’une amie), et en serviette éponge (faites par ma maman). Les 4 fonctionnent très bien, sur la durée je préfère ceux en crochets, qui résistent très très bien aux multiples lavages.

 

Le temps des règles

J’utilise la cup (ou coupe menstruelle, en French in the text). Clairement, passée l’appréhension pour la mettre la première fois, ça a changé ma vie… euh pardon, mes règles ! Je ne détaille pas plus ici car je ferai sûrement un article plus précis sur les protections hygiéniques et la  contraception un de ces jours. Mais vraiment, la cup, pour celles qui avaient l’habitude des tampons, c’est une révolution. Je l’ai achetée il y a trois ans, elle est toujours nickel. Je l’avais trouvée un peu chère à l’achat (j’ai vu d’autres marques depuis qui sont moins chères), mais de toute façon, comparée à trois ans de tampons, le bilan est sans appel.

Et depuis quelques mois, en début et/ou en fin de règle, j’utilise une serviette lavable (je n’en ai qu’une, c’est vraiment là en sécurité au cas où mes règles auraient un peu d’avance… si tu es une fille, tu connais sûrement ces jours de suspense où tu sens qu’elles vont arriver mais elles ne te disent pas exactement quand 😉

La mienne, je l’ai achetée chez Coffin Rock, un atelier de créations faites main délicieusement décalées et dark. Elle est bleu sombre avec des petites étoiles, bref, même l’intérieur de ma culotte est stylée grâce à elle !!! Hyper efficace, bon maintien dans la culotte, lavage facile et séchage hyper rapide !


Un bilan Zéro Déchet mitigé pour le maquillage et la crème solaire

Maquillage du teint

C’est facile, je ne mets plus rien : ni fond de teint, ni poudre, ni blush. Au quotidien, aucun souci, en plus ma peau est bien plus belle depuis que je ne la couvre plus de plein de produits.

Mais j’avoue qu’en avril dernier, pour un mariage, j’étais bien embêtée, et j’ai fini par emprunter du fond de teint à une amie. Donc à part exception (une fois en trois ans, c’est gérable), l’objectif Zéro Déchet est atteint !

Maquillage des yeux

J’ai toujours une palette d’ombres à paupières que j’ai achetée il y a trois ans, juste au début de l’aventure Zéro Déchet. Je l’avais choisie parce qu’elle est quasiment entièrement en carton (sauf les godets à ombre à paupières, en métal, le pinceau en plastique et le petit miroir). Elle n’est pas bio, pas équitable, mais je ne me voyais pas la jeter pour autant. Bon, là, au bout de trois ans, je pense qu’il faudra que je m’en débarrasse bientôt pour des questions de péremption.

Je rachèterai sûrement une plus petite palette, pas besoin d’autant de teintes, et je la choisirai chez Zao, une marque bio qui propose des emballages en bambou rechargeables. Et je garderai le pinceau de ma palette actuelle, qui est toujours impeccable.

Le seul produit en packaging plastique que j’achète encore pour le maquillage, c’est le mascara. Bio, de la marque Avril, il est vendu sans blister (c’est déjà ça), et il dure super longtemps : j’ai gardé le dernier 9 mois !!! 2 mascaras tous les ans et demi, ça reste de l’emballage, mais je ne me prends pas trop la tête dessus. Il faut dire que j’ai cherché des alternatives : mascara solide, recettes faites maison, mais je trouvais ça trop compliqué. J’ai même essayé une fois la teinture de cils chez une esthéticienne : cher, pas durable, et je ne sais ce qu’elle utilise comme produits. Bref, le mascara classique reste pour l’instant la meilleure alternative pour moi.

Les lèvres

Je ne mets plus de rouge à lèvres depuis des années, par contre, je suis accro au baume à lèvres.

Je cherchais déjà une alternative zéro déchet pour éviter tous ces étuis plastiques, mais quand en plus j’ai découvert que la plupart des labell… pardon, baumes à lèvres du commerce étaient faits à partir d’huile minérale, autrement dit, de pétrole, je me suis dépêchée de trouver une solution !

Je n’ai pas eu à chercher bien loin, la recette proposée par Béa Johnson dans son livre Zéro Déchet est parfaite ! De la cire d’abeille (ou de soja pour les vegans), de l’huile de tournesol, et c’est à peu près tout ! Tu peux le colorer si tu as envie. Il est hyper protecteur et me permet de survivre à l’hiver, et au soleil de l’été.

Bilan Zéro Déchet : gagné !

Crème solaire

Bon, voilà. On arrive à l’épine dans le pied, où le Zéro Déchet ne gagne pas du tout. La crème solaire.

J’ai la peau claire qui crame hyper facilement. L’indice 30 est un minimum, l’indice 50 indispensable pour moi en cas de forte exposition. Tu sais, je suis celle de tes copines qui arbore ce délicieux teint homard tout l’été parce qu’elle s’est exposée 5 minutes de trop, une fois, en buvant l’apéro en terrasse.

Donc la crème solaire, ça a toujours été ma grande amie, mon chevalier protecteur contres tous ces méchants UV qui veulent littéralement ma peau. Mais je m’emballe (et me tartine de crème solaire). Alors oui, je suis passée à une crème bio, aux filtres minéraux pour ne pas assassiner les coraux, mais elle est toujours dans une bouteille plastique. La seule solution que j’ai trouvée pour en limiter l’usage, c’est investir dans un chapeau (et ça aide, vraiment). Ça me permet de limiter la crème solaire aux fortes expositions au soleil.

Alors si tu as une solution et une recette de crème Zéro Déchet et simple (oui, je demande la lune !), ceci est un SOS jeté à la mer (pas dans une bouteille plastique, hein, tu l’auras compris) !!!


POUR FINIR…

Fin de la série Salle de bains ! Mon intimité n’a (presque) plus de secrets pour toi !

J’espère que tu y as trouvé des astuces, mais surtout, que tu as compris que le ZD, c’est avant tout une aventure qui amène une vraie amélioration de ton quotidien. Et aussi, que personne ne te demande d’être parfait (même pas notre papesse Béa Johnson). On te demande juste de faire ton maximum, et c’est déjà génial !

Tu as aimé cet article ? Merci de partager, commenter ! J’attends tes remarques et idées pour un futur article illustré !

Toute la série Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste est à retrouver ici :

Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

Si tu veux voir un peu plus de mon travail, tu peux me retrouver ici :

http://liane-langenbach.com

• Page FB : https://www.facebook.com/liane.langenbach/

• Instagram : https://www.instagram.com/liane.langenbach/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *