Ma salle de bains zéro déchet et minimaliste

PARTIE 2 : “Et ben, il est où ton gel douche ?”

Dans cette série d’articles, je mets fin au suspense insoutenable dans lequel je t’avais laissé à la fin de mon précédent article, et je te présente les alternatives zéro déchet (ZD) et autant que possible, bio et éthiques, que j’ai adoptées au quotidien.

Tu verras que certaines solutions se sont imposées naturellement, grâce aux astuces et recettes proposées dans mes deux livres cultes, Zéro Déchet de Béa Johnson et Famille Zéro Déchet — Ze guide, de Jérémie Pichon et la merveilleuse illutratrice Bénédicte Moret.

Pour d’autres solutions, la lutte pour trouver ce qui me convenait, et que je pouvais trouver ou fabriquer facilement a été beaucoup plus longue… Le zéro déchet, c’est un chemin, souvent bucolique et charmant, parfois semé d’embûches ! Pour rigoler, je te raconterai mon parcours du combattant pour trouver une routine ZD (zéro déchet) pour mes cheveux, et notamment mon incursion dans le territoire obscur du low poo / no poo.

Enfin, pour être complètement transparente avec toi, tu verras qu’il y a encore quelques produits pour lesquels je n’ai pas adopté de démarche Zéro Déchet. J’utilise à la place des produits bio mais emballés.

Allez, c’est parti pour la visite guidée ! Ne t’inquiète pas, le tour n’est pas si long, puisque les produits que tu peux voir sur l’illustration ci-dessus constituent l’intégralité de ce qu’il y a dans le placard de ma salle de bains. Oui, j’ai bien dit tout !!! Au moins comme ça je n’ai pas à choisir quand je pars en voyage ! Ca c’est du temps de gagné pour boucler la valise !


LES ALTERNATIVES ZÉRO DÉCHET POUR… SE LAVER

Se brosser les dents

Pour le dentifrice, on a très vite trouvé notre bonheur : on utilise la recette de dentifrice en poudre proposée par Raffa sur son site !

Tous les ingrédients sont trouvables sans emballage (blanc de Meudon, cannelle, savon, sel), sauf les huiles essentielles.

On en fait environ 100g, à deux ça nous tient à peu près deux mois ! Pour un coût de revient quasi nul…

Notre coloc a validé et l’utilise aussi, ma mère le fait aussi, bref, il convainc beaucoup de monde ! Certains ont du mal à s’habituer au fait que ce soit de la poudre et pas une pâte ou un gel, perso ça ne m’a pas posé de problème.

Pour la brosse à dents par contre, je suis plus mitigée. J’avais trouvé des brosses à dents en bois et poils de sanglier, 100% compostables et sans emballage, mais depuis que je ne mange plus de viande, les poils de sanglier, non merci…

Finalement, j’ai trouvé des brosses à dents en bambou, en poils en matière biodégradable, mais je ne suis pas sure que les poils soient vraiment compostables (j’ai toujours un doute avec toutes ces nouvelles matières…). Du coup je ne mets pas la tête de la brosse au compost. Et puis ces brosses, je les commande sur internet, du coup ça fait un emballage (carton et pas plastique, mais quand même).


Se laver

Bon, pour se laver le corps, hyper facile, pas d’astuce ZD de folie, tu oublies les gel douche et tu trouves un savon sans emballage, et tu te laves avec. Simple. Efficace. Pas cher.

Pour se laver les cheveux en mode ZD, par contre… j’ai à peu près tout essayé, pendant la première année ZD.

Le savon (le même que pour ton petit corps)

C’est ce qu’utilise Béa Johnson, notamment. Alors je sais pas comment elle fait, mais moi, je comprends pas. Mes cheveux restent lourds, poisseux, ils font des queues de rat. Je pense que ça fonctionne plutôt bien sur des cheveux courts, mais pour les cheveux longs, il vaut mieux oublier.

Les poudres minérales (argile, rhassoul…) ou végétales (henné neutre)

Ca, ça fait partie des astuces que tu trouves sur les sites qui te vantent le mouvement low poo, voire no poo (mouvement qui consiste à se laver les cheveux seulement à l’eau ou à toute autre alternative au shampoing).

J’en ai rêvé, je l’ai essayé, j’ai pleuré. Moi qui avais besoin de me laver les cheveux tous les deux jours, j’avais d’abord réussi à descendre à un shampooing par semaine. Puis j’ai remplacé ce shampooing par une alternative (rhassoul dans un premier temps, avec un rinçage au vinaigre de cidre).

Outre le fait que mes cheveux sentaient la vinaigrette terreuse, même après rinçage, que mon chéri ne supportait plus l’odeur quand je venais me coucher, et que franchement, mes cheveux n’étaient pas propres, ça m’a déclenché une crise de pellicules et de démangeaisons phénoménale.

Comme je suis têtue, j’ai essayé de tenir bon deux-trois mois. Finalement, face au désastre et au fait que je ne dormais plus la nuit à force de me gratter, je suis allée voir un dermato, qui m’a conseillé de repasser à des shampooings ultra-doux. Il a fallu encore plusieurs mois pour que la crise se calme (et encore, ça revient de temps en temps).

Si tu as essayé toi aussi, je serais curieuse de savoir si tu y es arrivée, et si oui, comment !!! En tout cas pour moi ça a été un epic fail.

Le shampoing solide

Finalement, c’est l’alternative sur laquelle je me suis rabattue. Il est bio, il sent bon, il lave bien. Le seul hic, c’est que celui que je trouve dans mon magasin bio habituel n’est pas ZD : il est vendu dans un petit emballage plastique… QUOI ?!? Du plastique ???? Oui, oui… Mais pour l’instant, je n’ai pas trouvé mieux, et c’est toujours moins de plastique que le shampoing en bouteille.


POUR FINIR…

Dans le prochain article de la série, je te parlerai des soins (peau, cheveux…) que j’ai adoptés depuis mon incursion dans le zéro déchet !

Tu as aimé cet article ? Merci de partager, commenter ! J’attends tes remarques et idées pour un futur article illustré !

Si tu veux voir un peu plus de mon travail, tu peux me retrouver ici :

http://liane-langenbach.com

• Page FB : https://www.facebook.com/liane.langenbach/

• Instagram : https://www.instagram.com/liane.langenbach/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *