J’ai testé… le jeûne

Faire le plein de vide

Ça fait longtemps que je voulais te partager mon expérience du jeûne, une pratique régulière qui est entrée dans ma vie à peu près en même temps que le zéro déchet et le minimalisme. Mais c’est logique, non ? Le jeûne est carrément ZD et minimaliste !

Je profite de la sortie du livre de Marie-José Sibille, Le Jeûne, une thérapie des émotions ? dont j’ai eu le plaisir de réaliser l’illustration de couverture, qui coïncide avec la fin de mon dernier jeûne, pour saisir le sujet au vol et t’expliquer un peu plus en quoi ça consiste.

 


Jeûner, t’es sûre ??

Mais oui t’inquiète, ça va bien se passer. Je ne vais pas te faire entrer dans une secte. Ou presque pas.

J’ai découvert le jeûne il y a bientôt 4 ans, et depuis, je jeûne au rythme de 2 à 4 fois par an, allant de 3 à 7 jours. Pourquoi ces variations ? Tout simplement parce que je ne m’impose rien, et je ne jeûne que quand j’en ressens le besoin ou quand l’envie se fait sentir. On est donc loin de la secte et du dogme qu’on peut parfois imaginer quand on pense au jeûne. Donc relax, tu vois bien que ça va bien se passer !

Régulièrement donc, j’ai besoin ou envie de jeûner. Ca y est, tu me prends déjà pour quelqu’un d’un peu maso ? C’est en tout cas souvent la réaction que j’entends quand je parle de jeûne. Les gens sont parfois intrigués, souvent affolés à cette idée de se passer de manger pendant plusieurs jours. La réaction la plus typique : « Quoi ???? Tu JEÛNES ??? Ah non moi je pourrais pas, rien que de sauter un repas je me sens mal. »

Il faut dire que l’idée du jeûne fait souvent inconsciemment appel à l’idée de mort, de notre mort. Pourtant, c’est au contraire une phase naturelle de la vie : les animaux jeûnent, certains comme les manchots empereurs jeûnent plusieurs mois par an, d’autres le font pendant l’hibernation ; un enfant malade ne veut naturellement pas manger.

Moi, ça faisait des années que j’étais fascinée par ce processus, et que je voulais l’essayer, mais je ne voulais pas le faire seule, en tout cas pas la première fois (car je sentais déjà qu’il y aurait d’autres fois après la première, que ce ne serait pas une expérience isolée). Je voulais jeûner pour en tester les bienfaits, cette idée de régénération physique et spirituelle dont on entend souvent parler, et aussi par défi personnel : « Ne pas manger pendant 5 jours ? Ouais, easy ! »

Alors le jeûne, facile ou pas ? Et ça apporte quoi ? C’est parti pour le récap !

 


Détails pratiques du jeûne (la partie pipi caca)

Il existe plein de jeûnes différents, selon ce que tu ingères :

  •  jeûne hydrique : tu ne bois que de l’eau, éventuellement des tisanes (ouais je sais, de la tisane, on est un peu des petits foufous),
  • jeûne sec  : absence totale de nourriture et de boisson (pour les grands foufous sans doute),
  • et des formes plus douces comme celle de la clinique Büchinger en Allemagne, qui inclue la prise de jus de fruits ou de bouillon de légumes (le festin, quoi).

Moi je fais globalement un jeûne hydrique : eau ou tisane, auxquelles j’ajoute un jus de fruits dilué le matin. C’est une formule qui me convient bien, à chacun de choisir celle qui lui correspond. Je pense qu’à terme, je ferai un jeûne purement hydrique, par contre je ne suis pas du tout tentée par le jeûne sec.

Quel que soit le jeûne que tu choisis de faire, et quelle que soit sa durée (3, 5, 7 jours ou plus), il y a les mêmes phases à respecter :

  • une phase de préparation (on parle aussi de descente alimentaire),
  • une phase de jeûne à proprement parler,
  • une phase de reprise alimentaire.

Pendant la descente alimentaire, tu supprimes peu à peu des catégories d’aliments (viande, produits laitiers, sucres, graisses, féculents) de ton alimentation, en réduisant aussi les quantités petit à petit, pour arriver la veille du jeûne à un repas très frugal, par exemple un bouillon ou une soupe de légumes.

Honnêtement, on pense souvent que le jeûne est difficile, mais en fait, je trouve que c’est plutôt cette phase-là la plus galère ! C’est là que tu peux avoir faim. Si tu prépares bien ton jeûne pendant cette phase, le jeûne ensuite se passe très bien : pas de sensation de faim ni d’effets secondaires indésirables, type migraines ou nausées.

La veille ou le premier jour du jeûne, tu peux faire une purge ou un lavement pour éliminer ce qui reste dans tes intestins, pour commencer à détoxifier ton corps, et éviter de garder des selles qui pourraient fermenter plusieurs jours pendant le jeûne. Car c’est physique : si rien ne rentre dans ton corps, rien n’en sort ! Oui oui, tu as bien suivi, sauf si tu fais des purges ou lavements, jeûne = pas de caca ! Ne pas aller à la selle pendant plusieurs jours est étrangement libérateur. Le lavement aussi d’ailleurs… Mais ne nous enfonçons pas dans le sujet.

Ensuite vient le jeûne, différent en fonction du type que tu as choisi de faire (hydrique, sec…)

L’important est de bien s’hydrater (sauf si tu fais un jeûne sec, tu t’en serais douté). Du coup, tu ne vas pas à la selle, mais qu’est-ce que tu fais pipi ! (Je t’avais prévenu que c’était la partie pipi caca de l’article)

A prévoir si ça te rassure ou si tu es sujet à l’hypoglycémie comme moi, tu peux garder à proximité un peu de sucre ou de miel. Je n’en ai jamais besoin plus d’une fois par jeûne, même moi qui défaille aussi facilement qu’un personnage de tragédie grecque.

Tu peux aussi prendre des vitamines, ou un bouillon de légumes qui t’apportera des nutriments et sels minéraux. Je ne le fais pas systématiquement, mais si tu jeûnes en hiver, ou que tu arrives un peu fatigué, ça peut être une bonne idée.

Puis lors de la reprise alimentaire, tu réintroduis peu à peu les aliments, dans l’ordre inverse de la première phase. C’est souvent cette partie qu’on a tendance à raccourcir, même si dans l’idéal elle devrait durer aussi longtemps que le jeûne. Dans tous les cas, il faut prendre au moins 3 jours, sinon bonjour les dégâts ! Ton système digestif ne sera pas à la fête ! Il faut dire que tu le remets en mouvement après plusieurs jours d’arrêt, il faut le ménager.

 

Dans l’idéal, chaque phase dure aussi longtemps que tu jeûnes. Tu veux jeûner 3 jours ? Tu prépares pendant 3 jours, tu jeûnes pendant 3 jours, tu réintroduis les aliments petit à petit pendant 3 jours. Donc un jeûne de 3 jours te demande en fait une durée de 9 jours. 9 jours où tu manges différemment (ou pas du tout).

Socialement, pas évident, c’est pour ça qu’il faut bien choisir le moment pour le faire, pour être pleinement disponible. Ou qu’il faut le faire à plusieurs, pour être moins seul. Ou carrément aller dans un centre de jeûne, ce qui te permet de sortir de ton cadre habituel et d’être entouré.e de personnes comme toi et de professionnels qui te suivent et te conseillent.

Mon premier jeûne, je l’ai fait avec mon chéri et deux amies, dans un mas en Provence, coupés du monde et des tentations extérieures. C’était le top. Maintenant, j’arrive à jeûner seule, à la maison, mais pour commencer, il est hyper important de bien s’entourer, de bien s’informer, ou d’aller dans un centre spécialisé.

 

Le jeûne est un moment à part, qui demande qu’on lui laisse de la place. Tu ne peux pas faire ça avec un rythme de boulot infernal, dans une vie de famille débordée, avec un niveau de stress maximum. C’est un moment pour toi, ou tu vas te recentrer et ralentir (de toute façon, tu n’as pas le choix, ton corps qui jeûne te demande d’y aller mollo 😉


Contre-indications et effets secondaires (Toujours plus loin dans l’anti-glam)

D’abord, quelques avertissements : un jeûne de bien-être doit s’aborder uniquement si tu es en bonne santé générale. Ou alors il s’agit d’un jeûne thérapeutique, qui demande d’être dans un cadre médical.

Notamment, ne doivent pas jeûner :

– les femmes enceintes

– les personnes avec un IMC en dessous de 18,5 (car trop maigres)

– les personnes atteintes de désordres alimentaires, en particulier d’anorexie

– les personnes souffrant d’obésité doivent également envisager le jeûne avec beaucoup de prudence.

 

Ensuite, il faut savoir que pendant le jeûne, il se passe des trucs trop chelous dans ton corps, et que c’est normal, pas lieu de s’inquiéter. Mais tu ne seras pas le.la plus sexy du moment. Attends-toi à :

– sentir plus fort de partout (sueur, pipi, haleine)… bref tu refoules.

– éventuellement, poussées d’acné (logique, ton corps se détoxifie et expulse tout de partout, y compris par la peau)

– à savoir, tu peux aussi souffrir de petits maux divers et variés, notamment des anciennes maladies ou symptômes qui refont surface pendant le jeûne. C’est normal aussi, ton corps les fait « revenir » pour s’en débarrasser. Migraines si tu es naturellement migraineux, tachycardie… Moi par exemple, pendant mon dernier jeûne, j’ai eu le retour d’une petite affection de la peau que je n’avais pas eu depuis la fin de l’adolescence. Ça ne dure que le temps du jeûne.

 

Voilà, tu es prévenu.e. Bon mais alors, on subit tout ça pour quoi au juste ??


Les bienfaits du jeûne (la partie qui relève un peu le niveau de l’article)

D’abord, petit avertissement, je te parle ici du jeûne de bien-être, pas de jeûne thérapeutique. Le jeûne est très efficace pour traiter, ou réduire les symptômes de maladies comme le diabète de type 2, les rhumatismes, certaines maladies cardiovasculaires, le mauvais cholestérol et autres maladies chroniques (l’asthme notamment). Les dernières études montrent aussi qu’il permet de mieux supporter la chimiothérapie. Dans ce cas il s’agit de jeûne effectué dans un cadre médical, je n’en parlerai pas plus, sinon je dirai des conneries.

Deuxième avertissement (et là je sors toutes les pincettes, les panneaux «dangers » et la sirène des pompiers par la même occasion) : le jeûne n’est pas un régime et ne doit pas être motivé uniquement par l’envie de perdre du poids !!!

Même si tu perds beaucoup de poids très rapidement pendant le jeûne, tu le reprends en général à la reprise alimentaire. Il peut être une aide à une perte de poids durable, si quand tu reprends l’alimentation tu en profites pour mettre en place de nouvelles bonnes habitudes, ou en arrêter de mauvaises, mais en lui-même ce n’est pas un régime minceur express.

Le jeûne de bien-être (en général des jeûnes qui ne dépassent pas 10 jours) permet de détoxifier ton organisme, de t’accorder une vraie pause pendant laquelle ton corps se met au repos. Au ralenti pour certains, débordant d’énergie pour d’autres. Ou un mix des deux. Moi les trois premiers jours, je suis aussi énergique qu’un paresseux, alors qu’ensuite, je pète la forme. Bon, je ferais pas deux heures de cardio non plus, mais des grandes balades, du vélo, du yoga, sans problème.

Pour ceux qui recherchent une dimension psychologique ou spirituelle au jeûne, elle apparaît en général à partir du 4ème ou 5ème jour. Les effets sont différents pour chacun, mais personnellement, à partir de là, je me sens euphorique, hyper confiante en moi, et tout me semble simple. Le jeûne m’aide très clairement à résoudre des problèmes ou à trouver la solution pour me sortir de situations qui semblaient complètement bloquées.

C’est suite à mon premier jeûne que j’ai décidé de quitter mon job où je ne m’épanouissais pas pour me lancer comme illustratrice indépendante. Je n’aurais pas aussi facilement pris cette décision sans avoir jeûné, mais pendant le jeûne, cette idée m’est apparue, m’a semblé évidente, et facile à réaliser. Et ça a été le cas.

Chaque jeûne de 5 ou 7 jours m’a aidé d’une façon ou d’une autre à prendre des décisions importantes. Attention, je répète qu’il s’agit uniquement de mon expérience personnelle.

Un jeûne de 3 jours, comme j’en fais de temps en temps quand mon emploi du temps ne me permet pas un jeûne plus long, ne possède pas pour moi cette dimension psychologique, il m’est juste bénéfique physiquement : détox, moins de stress, l’impression de repartir du bon pied.

Et quelle que soit la durée du jeûne, tu gagnes une sacrée confiance en toi !  Une fois que tu as jeûné, que tu sais que ton corps – autrement dit toi – a la capacité de se passer d’une chose aussi essentielle que manger, tu te sens invincible, tu as l’impression que tu peux TOUT faire.

 

Ca c’est pour les effets immédiats. Et sur le long terme ?

La chose la plus notable est que je suis beaucoup moins malade qu’avant. Tu sais, les petits rhumes chroniques, les gastros à répétition en hiver, le petit virus de merde que tu choppes dans le bus, celui qui n’a pas vraiment de nom mais qui te cloue au lit pendant deux jours ? Et ben c’est fini, ou presque. Sauf exception, les seuls docteurs que je vois dans l’année sont mon gynéco et mon dentiste. Pas franchement mes préférés, mais je fais un effort 😉

Cette amélioration globale de la santé est un effet du jeûne très souvent relaté. Marie-José Sibille en parle très bien dans son livre Le Jeûne, une thérapie des émotions ?

Deuxième effet à long terme : j’ai perdu du poids. Environ 7kg en 4 ans. Pour le régime express attendu par certains, on est loin du compte. Mais durablement, régulièrement, j’améliore ma façon de m’alimenter, et je m’affine. Après, comme je te le disais au tout début, le jeûne est clairement associé pour moi à ma pratique du zéro déchet, et le ZD aussi m’a amenée à changer ma façon de m’alimenter, donc de l’oeuf ou de la poule… Mais dans une approche holistique, ou tout est lié, le jeûne fait bel et bien partie des choses qui m’aident à régler mon rapport à l’alimentation (alors qu’on l’accuse souvent de créer des désordres alimentaires).

 

C’est donc avec délice que je retourne jeûner régulièrement, comme un cadeau que je me fais quand j’ai besoin de prendre soin de moi. Et ça coûte nettement moins cher à mon porte-monnaie et à la planète que les descentes shopping chez Promod que je faisais avant !


Les ressources à dévorer si tu envisages de jeûner (là où je laisse la main à des experts, des vrais)

Si le jeûne t’intéresse, voilà des sources fiables et bien documentées :

  • Le jeûne, une nouvelle thérapie : vidéo documentaire et livre de Thierry de Lestrade, qui aborde plus le jeûne thérapeutique (médical) que le jeûne de bien-être, mais qui permet de se rendre compte de son potentiel, et de sa place bien trop sous-estimée dans la médecine occidentale.
  • Le guide complet du Jeûne, par le Dr Jason Fung : un super guide pratique qui te présente tous les différents types de jeûnes, comment le pratiquer, et quels sont ses bienfaits.
  • Le jeûne, une thérapie des émotions ? De Marie-José Sibille. Un livre écrit par une psychothérapeute et jeûneuse expérimentée, qui délaisse le côté « guide pratique » pour parler des bienfaits du jeûne dans une approche psychologique et émotionnelle. C’est le livre que j’aurais aimé lire avant de jeûner, pour compléter toutes les infos pratiques que j’avais lues et rassemblées. Je trouvais qu’il manquait toujours cette dimension psy, et l’auteure vient combler ce manque.

 


POUR FINIR

Si tu es déjà jeûneur.se, je serais ravie que tu nous partages ton expérience en commentaire, pour apporter un autre regard que le mien !

6 commentaires

    1. Ahah, merci Julie !! Tu me raconteras ça quand tu le feras… ou alors on s’organise un jeûne ensemble si tu veux 😉 bises !!

  1. Je suis en plein dedans ! Jeûne hydrique d’une semaine pour la première fois.
    Agréablement surpris pour le moment, étant un gros mangeur tout mince, vegan et aimant énormément cuisiner, franchement, je ne pensais pas que ce serait possible.
    C’était surtout compliqué au début, la sensation de faim est terrible lorsque tu diminues petit à petit (j’avais également méga envie de nourriture ultra grasse type pizzas, fast-food…), puis elle diminue sensiblement ensuite. J’ai également des maux de tête légers mais le passage où tu en parles m’a bien rassuré là-dessus car je suis plutôt client en temps normal. Ça fait 3 jours maintenant, hâte de savoir ce qui va se passer par la suite !
    Merci pour ton article !

    1. Bonjour Thomas, merci pour ton partage d’expérience ! Tu arrives bientôt à la fin de ta semaine de jeûne, ça se passe bien ? Quels sont les effets ? Moi quand j’arrive en fin de jeûne, j’ai l’impression d’atteindre l’illumination 😉 N’hésite pas à revenir nous partager tout ça ! Belle journée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *