Ecolo au boulot ?

Partie 1 : la vie de bureau

Si intérêt environnemental, bio, zéro déchet et minimalisme ont fait leur chemin doucement mais naturellement dans ma vie privée, c’est une toute autre histoire côté vie professionnelle ! Les habitudes ont la vie dure, et j’ai moins facilement pris le temps de tout mettre à plat pour réorganiser mon quotidien au boulot.

Mais finalement, peu à peu, j’ai quand même changé pas mal de réflexes et d’habitudes d’achat. Il reste encore pas mal de chemin à parcourir, alors je vais t’expliquer où j’en suis !

Dans ce premier article de la série Écolo au boulot ?, je te parle d’un sujet qui concerne la plupart d’entre nous, quel que soit notre métier : la bureautique et tout ce qui entoure la vie de bureau.

Bon, je dois quand même te préciser que vu que je travaille en freelance depuis chez moi, je suis la seule à décider quel matériel je veux utiliser ou pas… Donc j’imagine que c’est plus facile pour moi que pour toi si tu travailles en équipe au sein d’une boîte, où tu ne gères pas personnellement tes achats de matériel de bureau. Mais il y a toujours des petits gestes que tu peux mettre en place, et j’espère te donner quelques idées !


Dématérialiser le plus possible

Je te vois arriver, écolo averti-e à qui on ne la fait pas : oui, le numérique, ça pollue. Entre leur empreinte écologique lors de leur fabrication, leur transport, les soucis de recyclage en fin de vie et j’en passe, OUI, c’est vrai, les ordi / tablettes / téléphones et autres apppareils informatiques ne sont vraiment pas très propres, et probablement pas plus écolo que l’industrie du papier. Et on ne parle pas de l’énergie demandée par les serveurs et autres clouds (même si de plus en plus de sociétés, comme Apple, approvisionnent leurs serveurs en énergies vertes).

Mais voilà, à l’heure actuelle, il faut bien reconnaître que la vie professionnelle, tous métiers confondus ou presque, ne peut se passer de l’informatique et du numérique. Alors puisqu’on est obligé d’avoir au minimum un ordinateur, autant en optimiser l’usage et se servir de ses bons côtés.

Dématérialiser au maximum, c’est par exemple imprimer le moins possible. De toute façon, tous mes devis et factures sont créés sur mon ordi, donc autant essayer de les garder en numérique. Je les envoie par mail (sauf si un client me le demande expressément sous format papier) et les archive sur l’ordinateur et pas dans des dossiers papier.

Je reçois de moins en moins de courrier papier, mais le peu que je reçois, je les scanne et les archive aussi sur l’ordinateur. Ça me permet d’avoir moins de papiers dans mon bureau, de les retrouver facilement, et d’y accéder de n’importe où en cas de besoin, grâce aux appareils connectés et au cloud.

Quant à tous les supports papier que j’utilisais avant, bloc notes et autres agendas, maintenant j’utilise exclusivement mon iPad (qui est mon outil de travail principal et indispensable puisqu’il me sert de tablette graphique). De ton côté, l’ordi et/ou l’ordinateur peuvent aussi très bien couvrir ces besoins.

Si je résume, mon iPad remplace :

  • mon agenda
  • mon calendrier
  • mon planning
  • mes post-it
  • mes feuilles pleines de to-do list
  • mon carnet de tenue de comptes
  • tous mes carnets et feuilles de notes pour noter les infos des projets clients, ce qui représentait BEAUCOUP de papier, même si j’utilisais pas mal de brouillons.

Le but de tout ça est bien sûr d’économiser du papier, mais pas que. Je n’utilise (et donc n’achète ni ne jette) :

  • plus de stylos ou presque
  • plus du tout de scotch, agrafes, agrafeuses, colle
  • plus de classeurs / chemises / pochettes (à part une seule qui me permet de regrouper tous les documents qu’il faut absolument garder sous format papier : diplômes, actes notariés, contrats…)

Les bénéfices de tout ça ?

  • À mon avis, c’est beaucoup plus pratique : partage des données sur plusieurs appareils, recherche d’un document facilitée, modification des documents plus aisée… Et vous ne courez pas le risque de la pénurie de matériel de bureau (qui n’a jamais connu la crise de panique et la visite de tous les autres services de la boîte pour savoir s’il reste des pochettes bleues, non pas les rouges, c’est les bleues qu’il me faut !!!)
  • Une économie financière non négligeable. Le matériel de bureau n’est pas toujours donné et demande à être renouvelé très régulièrement (oui je sais, petit-e lecteur-trice taquin-e, c’est encore plus vrai avec le matériel informatique, mais je t’ai déjà dit que lui, on ne peut pas s’en passer et qu’il faut faire avec !)
  • Une vraie économie des ressources naturelles (bois et eau pour le papier, les enveloppes, les dossiers…) et moins de matières polluantes (plastique de certaines pochettes et boîtes de rangement, stabilos aux couleurs fluo improbables et sûrement pas très clean…) ou non recyclables (agrafes, scotch, stylos…)

Et comme si ça ne suffisait pas, je te rajoute la petite cerise sur le gâteau : un bureau plus minimaliste car dématérialisé, c’est de l’espace gagné ! Dans ta boîte, tu peux profiter de toutes les armoires à archives évacuées pour mettre des plantes vertes à la place (toujours meilleures pour la santé de tes jolis poumons que la poussière qui s’accumule sur les dossiers), ou pourquoi pas, mettre un nouveau bureau pour que Fred-le-stagiaire, qui s’asseoit sur un bout de chaise dans un coin depuis trois mois, puisse enfin avoir un vrai espace de travail et développer tous ses talents.

Pour ma part, mon bureau est maintenant tellement dégagé, et surtout tellement mobile, que j’envisage même dans un avenir proche de me passer de pièce dédiée au bureau dans mon appart : loyer réduit ou pièce à vivre gagnée, c’est toujours ça de pris !


Economiser l’énergie

Ce n’est pas parce qu’on va utiliser au max nos ordis ou matériel informatique qu’il faut en profiter pour cramer plein d’électricité.

Bon, je t’avoue que c’est de ce côté que je n’ai pas encore tous les bons réflexes, mais dans ces prochains temps, je veux vraiment me pencher sur la question et faire en sorte de :

  • Débrancher mon ordi portable et autres appareils quand ils sont rechargés plutôt que de les laisser en charge pour rien.
  • Débrancher les chargeurs de leur prise quand ils ne servent pas. Comme l’explique cet article sur le site notre temps.com, un chargeur branché sur secteur consomme de l’énergie même quand il ne charge aucun appareil !
  • Éteindre ou débrancher les multiprises en fin de journée si elles ne servent à rien.
  • Penser à éteindre l’ordinateur à la fin de la journée (même en veille, il consomme !).
  • Passer le téléphone portable professionnel en mode avion quand la journée de travail est finie.
    Ça je le fais depuis un moment, non seulement j’économise la batterie et j’évite qu’il diffuse des ondes à tout-va pour rien, mais en plus ça me libère de la tentation de répondre à des messages ou appels de clients un peu trop tardifs…
  • Éteindre le modem. Idem que pour le précédent point, ça évite de polluer tous les environs avec plein d’ondes qui ne servent à rien (et bien sûr, d’utiliser de l’électricité). Nous à la maison (et donc au bureau, tu l’as compris), avant on éteignait le modem en allant se coucher. Toi au bureau, tu peux l’éteindre si tu es le dernier à partir (en prévenant tes collègues hein, ça évite la crise de bon matin quand on ne comprend pas pourquoi il n’y a pas internet !)
    Maintenant, on n’a plus de modem mais un boîtier 4G, et la petite bête est une maline puisqu’elle se met toute seule en veille au bout d’un moment si personne n’y est connecté. Donc la journée, pendant mes pauses par exemple, elle se met en veille si je ne l’utilise pas, et le soir, on peut l’éteindre (c’est beau la technologie !!)

  • Et bien sûr, éteindre la lumière du bureau quand je n’y suis pas et faire attention à ne pas trop chauffer la pièce (mauvais pour la planète ET mes petites méninges qui travaillent mieux avec un peu de fraîcheur).
    Ça ce sont deux réflexes bien ancrés, puisque je les applique déjà dans ma vie perso. J’adore avoir mon plaid queue-de-sirène trop beau sur moi (quoi ??? tu ne connais pas mon super plaid ? Je te le montre dans mon article La crise minimaliste du samedi a encore frappé), ça compense les quelques dizièmes de degrés de moins de la pièce. Oui, quelques dizièmes suffisent pour faire de vraies économies d’énergie !
    Si tu travailles dans un bureau, c’est sûr qu’il faut parfois lutter contre l’avis des collègues, car contrairement aux économies d’énergie qui concernent ton ordi et ton portable, la lumière et le chauffage (ou la clim…) ne concernent pas que toi. Peut-être que tu tomberas sur des collègues réfractaires, mais ce qui est sûr, c’est que si tu n’en parles pas, rien ne risque de changer !

La pause café et la pause déjeûner

OK. On a bien tout optimisé niveau vie de bureau, mais qu’est-ce qu’on fait pendant la pause café avec les collègues et de tous ces gobelets pas très écolos, ou le midi à la sandwicherie du coin avec les couverts en plastique et la serviette en papier ?

Ici je vais plutôt aborder la question des déchets générés pendant ces deux moments qui rythment ta journée de travail, et je vais notamment te parler des solutions Zéro Déchet adoptées par mon chéri, qui travaille dans une boîte (parce que pour moi, la pause thé ou repas se faisant à la maison, c’est hyper facile)

  • La gourde ou la bouteille en verre : idéales pour remplacer tous les gobelets d’eau que tu vas chercher à chaque fois que tu as soif (ou les bouteilles plastiques que tu traines plusieurs semaines et qui finissent par donner un goût tout pourri à ton eau).
    Moi j’ai une gourde thermos pour quand je suis à l’extérieur, mon chéri a une bouteille en verre de 50 cl trop stylée. Il a même convaincu ses collègues d’y passer !
    C’est bien plus agréable de boire dedans (et meilleur pour ta santé) qu’un gobelet en plastique tout mou. Une fois remplie, tu l’as à côté de toi pour un moment, pas besoin de faire 25 aller-retours à la fontaine à eau (d’ailleurs on oublie aussi la fontaine à eau, si l’eau du robinet est bonne). Et comme elle se ferme, elle ne risque pas de faire des dégâts sur ton bureau si tu la renverses !
  • Le mug ou le tumbler (plus simplement appelé “tasse”) vient remplacer le gobelet de café ou de thé (ou de chocolat chaud, c’est toi qui voit). Pareil que pour la bouteille d’eau réutilisable, c’est plus agréable de boire dedans, plus sain, plus écolo, ça se renverse moins facilement et en plus, ça garde mieux la chaleur, donc tu peux siroter ton café peinard.
    Alors oui, il faut le laver. Mais concrètement, si tu bois plusieurs cafés dans la journée, tu peux très bien te reverser du café dedans et ne le laver qu’à la fin de la journée. Un petit tour au lavabo des toilettes et c’est fini !
  • Le set de couverts et la serviette en tissu pour le midi.
    Le Zéro Déchet total te demanderait d’amener ton assiette ou ton tupperware pour éviter la barquette en plastique ou en polystyrène non recyclable, et de prendre ton sandwich sans emballage papier (ou plastique).
    Si tu trouves ça un peu extrême, tu peux commencer par apporter tes propres couverts, que tu roules dans une serviette en tissu. Chéri et moi on a investi dans un set de couverts en bambou dans une pochette en plastique recyclé, mais de simples couverts font parfaitement l’affaire.
    C’est super facile de préciser à la caisse que tu n’as pas besoin de couverts ni de serviette au moment où le-la vendeur-euse s’apprête à les mettre avec ta commande, contrairement aux deux précédents points (pas de barquette / pas d’emballage) qui demandent un peu plus de logistique et peuvent nécessiter quelques explications (mais d’expérience, ça se passe bien, il faut juste prendre le temps d’expliquer).
    Ah et bien sûr, demande qu’on ne te mette pas de poche (pardon, de “sac jetable” si tu habites partout ailleurs que dans le sud-ouest) ! Soit tu as tes mains, qui sont quand même un peu faites pour porter des trucs, soit pense à avoir un sac en tissu sur toi.
    Et comme tu as ta gourde / bouteille d’eau réutilisable, plus besoin de bouteille d’eau en plastique ou de canette de soda tout chimique… Je te l’ai dit, Zéro Déchet = économies !!!

POUR FINIR…

Voilà, c’est à peu près tout ce que j’ai mis en place ou veux mettre en place pour respecter l’environnement même au bureau ! N’hésite pas à partager si tu fais d’autres choses !

On se retrouve très vite pour un prochain article de la série Écolo au boulot ?, qui parlera des spécificités de mon métier, l’illustration et le graphisme, et de ce que j’ai mis en place pour gérer mon matériel de travail (matériel créatif : feutres, peinture, blocs de papier…) de façon un peu plus écologique !

Tu as aimé cet article ? Merci de partager, commenter ! J’attends tes remarques et idées pour un futur article illustré !

Si tu veux plus d’infos sur le Zéro Déchet, va voir le livre de Béa Johnson, qui est absolument fantastique et te dira tout ce que tu as besoin de savoir.

Si tu veux voir un peu plus de mon travail, tu peux me retrouver ici :

http://liane-langenbach.com

• Page FB : https://www.facebook.com/liane.langenbach/

• Instagram : https://www.instagram.com/liane.langenbach/

2 commentaires

  1. De très bonnes idées … moi, j’ai encore du chemin à parcourir. En ce moment je suis en plein trie de papiers et documents accumulés depuis des années ! Et çà fait 🙂 … c’est un début du chemin vers l’essentiel!

    1. Merci ! Oui effectivement le chemin est long avant d’arriver à l’essentiel, au minimum. J’en suis encore loin ! Mais comme on dit l’important n’est pas la destination mais bel et bien le chemin ^^ Bon courage dans ton tri ! La paperasse c’est pour moi le plus désagréable à trier (mais quel soulagement quand c’est fait !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *