5 sources d’infos sur l’écologie

Fiables, sérieuses et engagées

 

 

On vit une drôle d’époque. Alors que les grand médias commencent enfin à parler d’écologie et du problème du réchauffement climatique, et qu’on se dit qu’enfin, la planète commence à devenir une vraie préoccupation de la société, les mêmes médias mettent au pilori une jeune fille de 16 ans (non, désolée, contrairement à ce qu’ils disent, à 16 ans on n’est pas “une enfant”), tout ça parce qu’elle fait un peu trop de bruit à leur goût, et qu’elle vient déranger le confort mental du grand public. A ce sujet, je t’invite à aller lire ce magnifique article de Télérama.

Du coup, ça m’a donné envie de te répertorier les quelques sources d’infos principalement consacrées à l’écologie que je consulte quand j’ai envie de m’informer spécifiquement sur ce sujet, en dehors bien sûr des blogs écolos que je visite régulièrement (dont je te ferai sûrement prochainement un autre article).

1• La Terre au Carré

Depuis la rentrée, sur France Inter, la première radio de France, une émission quotidienne est consacrée à l’écologie. Et ce n’est pas rien. Quand on voit que sur l’application du journal Le Monde par exemple, la rubrique « Planète » arrive en vingt-deuxième position dans le menu, après les rubriques « Cinéma », « Livres » et « Idées », on se dit qu’il était temps qu’un grand media lui consacre enfin un vrai créneau.

L’émission culte de France Inter, La Tête au Carré, qui depuis 13 ans parlait quotidiennement de science, est remplacée depuis la rentrée par La Terre au Carré, du lundi au vendredi de 13h30 à 14h30. Toujours animée par Matthieu Vidard, l’émission traite de grands sujets d’écologie et d’environnement, avec des spécialistes invités. Ainsi depuis fin août, on a pu y entendre parler des incendies en Amazonie (évidemment), des raisons qui empêchent les gens de changer de comportement, ou de la disparition massive des insectes, un des sujets de préoccupation principaux des scientifiques (avec la diminution de la biodiversité dans son ensemble). 

L’émission fait aussi la part belle aux initiatives citoyennes. Chaque jour, dans la rubrique « Des solutions pour la planète », une personne peut présenter son projet écologique, en mettant en avant ce que ça apporte de positif, souvent à l’échelle locale : tiers-lieu et associations de défense de l’environnement ont la parole !

Dans la rubrique « Camille passe au vert » , Camille Crosnier va dans la rue ou dans des événements spécifiques pour interviewer les gens sur leur rapport à l’écologie. C’est souvent drôle, mais ça fait souvent mal aussi ! La bisounours de l’écologie que je suis tombe souvent des nues en entendant le je-m’en-foutisme total de beaucoup de gens.

Un exemple de sujet du jour : Bien-être animal : un autre regard sur la cause animale »

 

2• Imago TV

J’adore cette plateforme vidéo entièrement consacrée à la transition.

Sur ce site qui ressemble furieusement à Netflix, tu retrouves des émissions, podcasts, documentaires et courts-métrages indépendants sur des sujets comme la surconsommation, la collapsologie, le veganisme, la permaculture, l’argent…

Tout ça en accès libre et gratuit !

En plus, Imago TV met en avant lorsqu’il y a lieu le lien vers le financement participatif pour soutenir les vidéastes et leur projet.

Un exemple de vidéo à la une : #Anita, un court-métrage qui s’inspire du phénomène Greta Thunberg pour décrire la vie d’une ado engagée écologiquement et projetée sur le devant de la scène internationale.

 

3• wedemain.fr

La revue trimestrielle We Demain a un site web et une app, tous les deux très bien faits.

Contrairement au Monde dont je te parlais plus haut (Lilou pas contente), la rubrique « Planète » arrive en premier sur le site (Lilou contente ^^), avec plein d’actus qui parlent spécifiquement d’écologie, de zéro déchet ou d’innovations écoresponsables.

Les autres rubriques, « société-économie », « politique », « tech-sciences », « we life », gardent elles aussi bien souvent en ligne de mire les questions écologiques, de transition, ou de bouleversement de la société en s’interrogeant sur la direction que prend et que doit prendre le monde de demain.

J’aime le fait que le site ne parle pas que d’écologie, mais la garde au premier plan et la re-situe  dans d’autres problématiques.

Un exemple d’article à la une : « Qui est Iris Dusquesne, la jeune Bordelaise qui milite au côté de Greta Thunberg ?»

 

4• reporterre.net

Au contraire, Reporterre, « le quotidien de l’écologie », ne parle que de ça, à travers des actus, des entretiens et des reportages sur l’écologie à l’échelle planétaire.

Le site est en accès libre (contrairement à We Demain qui a une partie libre et une partie abonnés), sans aucune pub, et fonctionne grâce aux dons (3500 donateurs réguliers actuellement). 

Je trouve super que le système fonctionne, d’autant plus qu’il ne fonctionne pas sur le bénévolat : ils ont 7 journalistes salariés, et des collaborateurs réguliers.

Un exemple d’article à la une : En France, la consigne en verre renaît grâce à des pionniers.

5• notre-planète.info

Notre Planète parle à la fois d’écologie et de sciences de la Terre.

J’avoue que le site est bien moins sexy que les précédents, à la fois en terme de design (sans doute parce que le site est un des plus anciens consacrés à l’écologie, il existe depuis 2001) et aussi à cause des pubs qui parsèment les pages (même si je comprends bien la nécessité des pubs pour un media gratuit).

L’accès au contenu est limité, il faut s’abonner pour pouvoir tout consulter et surtout ne plus avoir de pubs affichées. Le coût est cependant réduit : 5€ par mois ou 48€ annuel (pour comparaison, à l’abonnement à l’app du Monde coûte 9,90€ par mois).

Mais le site est hyper complet, avec de nouveaux articles tous les jours.

La rubrique qui me plait particulièrement est la rubrique « Fake news », qui met à plat plein d’idées préconçues qu’on voit fleurir un peu partout.

Un exemple de fake news décryptée : La technologie sera capable de contrer le changement climatique

 


Et toi, quelles sources utilises-tu pour t’informer sur l’état de la planète ?

Et surtout, à quel rythme t’informes-tu ? Dans le prochain article, je te parlerai de cette question et de l’impact psychologique du fait de s’informer quotidiennement ou pas.

Suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *